FR:Ludi Rules

From NovaRoma
Jump to: navigation, search

 Home| Latíné | Deutsch | Esperanto | Español | Français | Italiano | Magyar | Português | Română | Русский | English


Contents



Un nouveau système

Publius Memmius Albucius a proposé la mise en place d'un nouveau système applicable aux Ludi à dater de décembre 2761 auc.

Publius Memmius Albucius a en effet constaté, en réalisant les calculs prévus par le système alors en vigueur, que celui-ci faisait une part trop importante au hasard, et qu'il était possible à de nouveaux champions (gladiateurs, aninaux, athlètes ou auriges) de l'emporter facilement sur des adversaires expérimentés. Motivant pour les nouveaux, ce système poouvait à terme décourager les plus anciens, et ne pas faciliter la construction, sur plusieurs années, d'identités de ces personnages fictifs que constituent les champions.

Au-delà de l'aspect purement ludique, cette construction amène les participants aux Jeux à s'investir dans des recherches sur le monde des Ludi, leur place dans la société romaine et dans son économie, et, par l'accompagnement d'un ou plusieurs personnages, à se poser toutes les questions relatives à la vie, à telle époque donnée, dans le contexte romain de l'époque... ou contemporain.

La mise en place de ce nouveau système requérait donc non seulement la révision des procédures de calcul des combats et courses, afin de les rendre plus crédibles et pour en réduire la part trop importante laissée au hasard, mais aussi la mise en place d'un système sportif et économique global le plus simple possible, dans lequel les champions seraient connus (références, bio), posséderaient une valeur globale qui influerait, à côté d'un aléa réduit, sur leurs chances de victoire, mais aussi une cote marchande.

Ayant vocation à être mis en place pour les Jeux Romains de 2761, ce nouveau système dut être, suite à l'absence du questeur Lucius Vitellius Triarius pendant le second semestre de l'année, reporté en fin d'année. Il a été décidé qu'il serait mis en place pour les derniers jeux décennaux de cette année particulière qu'est la 10e année de Nova Roma, les Ludi Ianuales.


Un système global évolutif

La différence du nouveau système des Jeux est qu'il est global, c'est-à-dire qu'il n'est plus un simple système de calcul du déroulement et du résultat des courses et des combats, mais un micro-système économique et sportif.

Les citoyens qui possèdent un Ludus (équipe de gladiateurs, d'athlètes ou de chars) auront ainsi à gérer des équipes et un budget, et donc à faire des choix d'engagement, d'achat et de vente de leurs champions. Ces champions auront une cote, qui grandira en fonction de leurs succès et du nombre d'épreuves réalisées, et les plus fameux ou expérimentés pourront même quitter, de leur propre initiative, leur Ludus et leur faction dans certaines circonstances.

Les affrontements ne seront plus le résultat du hasard, dans un système ou le choix d'une tactique de combat ou de course n'avait qu'une affluence marginale sur l'aléa du dé lancé par l'édile ou l'officier édilicien. Il sera toujours possible, mais plus difficile pour un débutant de vaincre un combattant plus expérimenté.

L'une des nouveautés est que les gladiateurs, coureurs, auriges et animaux pourront être avantagés ou désavantagés par leur poids, leur taille ou leur âge. Les propriétaires veilleront à trouver la meilleure combinaison, car ce n'est pas toujours le plus grand, le plus musclé et le plus lourd qui fait le meilleur combattant. Muni d'un âge, ces champions en auront les tares et avantages : ils auront l'inexpérience de la jeunesse, l'expérience des anciens, mais aussi leurs moindres performances physiques.

Enfin, dans le cadre de ce système, la très grande majorité de ses données sera publique, ou à la disposition du propriétaire de Ludus. Seuls quelques algorithmes ou données seront possédés confidentiellement par les édiles. Ainsi des événements qui pourront survenir dans l'année et influer sur ce système économique et sportif des Ludi ; ainsi aussi de certains éléments relatifs aux boni et mali concernant l'âge, la taille et le poids des champions et des chars. Car, dans ce dernier cas, le fait de laisser le propriétaire réfléchir à la meilleure combinaison possible est en soi un aléa, et pas des plus inutiles.

Ce système a enfin vocation, naturellement, à évoluer pour permettre son amélioration constante et régulière sous l'impulsion des édiles curules et plébéiens.


Le principe

Ce principe est simple : tout citoyen(-ne) [ci-dessous "citoyen" désignera les deux genres] se voit attribuer au 1er janvier de chaque année, et à compter de la publication des présentes règles, une "licence S.A.C.".

En l'activant, le citoyen va gérer son budget de Ludus, recevoir une allocation annuelle, mais aussi une quote-part sur les recettes d'entrée des Jeux et des prix en fonction des places obtenues dans le classement de chaque compétition.

Il va aussi être confronté deux fois l'an à des aléas déclenchés par les édiles, et pouvoir acheter et vendre des champions pendant l'année et notamment lors du Macellum ludorum de fin d'année.


La licence S.A.C.

  • S.A.C. signifie "Stadium, Amphitheatrum, Circenses". Cela signifie que la licence permet d'accéder aux trois types d'épreuve.


  • Une licence à option

Le citoyen que les Jeux n'intéressent pas peut très bien ne pas activer sa licence, c'est-à-dire inscrire, pour un premier combat ou une première course et au moment qu'il choisit, un ou deux champions ou équipages.

La différence avec un régime d'entrée libre est le suivant : le citoyen va pouvoir, si les Jeux ne l'intéressent pas, faire profiter de sa licence sa Faction. En effet, chaque citoyen est affilié, dès son entrée à une faction. L'intérêt est alors que ce citoyen va permettre notamment à sa faction d'inscrire des équipages, coureurs ou combattants en son nom, mais aussi de disposer des allocations budgétaires faites par les édiles en unités de compte fictives à chaque possesseur d'une licence S.A.C.. Les factions pourront utiliser ces sommes à leur guise, par exemple pour compléter le budget insuffisant d'un autre membre de la faction.

Le citoyen pouvant se lancer dans les Jeux quand il le souhaite, il sera demandé à toute personne résolue à ne pas participer aux Jeux de demander aux édiles d'affecter sa licence S.A.C. à sa faction. Le citoyen pourra conditionner cette affectation dans le temps (pour six mois, etc.), sachant que la faction sera libre, pendant la durée autorisée de la licence, en dépenser la totalité du budget si elle le souhaite.


  • Le contenu de la licence S.A.C.

Cette licence donne droit de :

  • participer à toute épreuve de stade, d'amphithéâtre et de cirque, organisée soit par les préteurs ou édiles curules et plébéiens de Nova Roma, soit par un magistrat provincial ou local et entrant dans ce cas dans le cadre du Circuit Provincial des Jeux soutenus par les édiles de Nova Roma.

"Organisée (..) par" signifie naturellement "sous la responsabilité de", les Jeux pouvant être supervisés par un officier dûment habilité.

  • recevoir :
    • une allocation budgétaire annuelle, ouverte au 1er janvier de l'année nouvelle, d'un montant défini ci-dessous;
    • une quote-part des recettes supposées des manifestations organisées
    • les prix relatifs aux victoires ou secondes places obtenues dans le cadre de ces manifestations.
  • acquérir et vendre des champions à tout moment, mais notamment durant le Macellum Ludorum de fin d'année.


  • L'allocation annuelle et son emploi
    • La licence S.A.C. donne le droit à une allocation annuelle qui est établie :

- soit forfaitairement. Elle est alors d'un montant total de 280.000 deniers [n.b. un denier = 4 HS (sesterces)];
- soit calculée à 1,325 fois le total des cotes des champions du Ludus, quelque soit leur nombre et leur spécialité (athlètes, gladiateurs, auriges, animaux).

C'est le/la propriétaire qui choisit le mode d'établissement qu'il/elle juge la plus avantageuse. A défaut d'une indication communiquée aux édiles avant le dernier jour de février de l'année d'exercice, les édiles considéreront que c'est le mode forfaitaire qui a été choisi.

Dans le cas d'un mode forfaitaire, sa décomposition est la suivante :
- athlètes : 60.000 deniers ;
- gladiateurs : 60.000 deniers ;
- auriges : 100.000 deniers ;
- animaux : 60.000 deniers.

    • L'emploi de la licence est le suivant.

Le propriétaire a droit à posséder, dans son équipe, un maximum de :
- pour les chars (circenses) : 3 auriges, 3 chars, 10 chevaux.
Les chars sont réputés posséder le matériel de roulage et les fixations ad hoc. Les chevaux peuvent également être utilisés dans les courses équestres simples (Equirria, Equus October, etc.).
- pour les gladiateurs : 3 gladiateurs ;
- pour les athlètes : 3 athlètes, ceux-ci ne pouvant pas être en même temps gladiateurs, et réciproquement ;
- pour les animaux : 3 bêtes.

Ce contingent de trois, plutôt que deux, unités dans chaque spécialité, permet au propriétaire de remédier aux incidents émaillant une saison : mort d'un champion, départ, blessure l'immobilisant une partie de l'année.

Naturellement, le propriétaire peut faire le choix de ne rémunérer que deux ou même un gladiateur ou aurige, huit chevaux, etc.. Toutes les combinaisons sont possibles et le choix est celui du propriétaire qui pourra ainsi économiser de l'argent, par exemple pour s'acheter un champion de meilleure valeur. En cas d'accumulation d'imprévus, cependant, le propriétaire devra racheter des champions ou des animaux, dans des conditions financières qui seront peut-être moins avantageuses.

Quoiqu'il en soit, le propriétaire ne pourra engager dans chaque compétition que deux unités (deux gladiateurs, deux chars, deux athlètes, deux ferae). Aucun remplacement n'est possible, et le champion mort, blessé ou indisponible pendant la compétition n'est pas remplacé et perd ainsi par forfait la course ou le combat suivant pour lequel il s'était éventuellement qualifié. Une exception est admise pour les courses de char (circenses): il est possible, une fois la course achevée et le char étant qualifié pour le prochain tour, de remplacer l'aurige blessé ou indisponible par un autre aurige. Si le Ludus n'en possède plus, le char est déclaré forfait.


Le budget et sa gestion


  • Principes

Etabli sur les bases évoquées ci-dessus, le budget de chaque joueur sera géré par lui-même, l'interprétation des édiles curules faisant foi en cas de contestation.

Les sommes sont débitées ou créditées du budget du joueur, soit au fur-et-à-mesure de la survenance de l'événement, (par ex. si un salaire est censé être payé chaque fin de mois), soit dès que possible, soit au plus tard avant la phase d'inscription des Jeux suivants.

Outre les trois types de recettes évoqués dans cette page (allocation annuelle, quote-part des recettes, prix), le budget va connaître des dépenses quand un joueur :

. achète ou vend un champion ou un élément d'équipage (cheval, char); . doit verser une éventuelle amende; . doit s'acquitter d'une dépense déclenchée par un "aléa annuel"


Les sommes excédentaires du budget d'un joueur au 31 décembre de l'année d'exercice sont reportées à son crédit pour l'année nouvelle, en sus de l'allocation annuelle susévoquée.


  • Les types de dépenses ordinaires

Pour chacune des sections d'un Ludus (Stadium - athlètes ; Amphitheatre - gladiateurs et animaux ; Cirque - chars), il existe deux types de dépenses :
- les dépenses salariales ; - les dépenses d'amélioration et de maintenance.

De plus, la section Circenses devra assumer aussi un coût pour chaque cheval et chaque char possédé. Ce coût dépendra de la valeur du cheval et du char en eux-mêmes.


1/ Les dépenses salariales

Le propriétaire paie chaque mois un salaire à chacun de ses champions (gladiateurs, athlètes, animaux, auriges).
Si un propriétaire est libre de différer l'activation de sa licence S.A.C. dans l'année, il (elle) ne peut cependant pas, une fois la licence activée, décider de se séparer d'un champion ou d'un élément de char (corbeille, chevaux) hors des cas autorisés que sont les deux aléas annuels ou le Macellum ludorum de fin d'année.
Il ne peut non plus décider de ne pas payer les salaires de ses champions. Ces salaires sont dus tant qu'un champion n'est pas mort, ou n'a pas quitté le Ludus dans les deux cas évoqués ci-dessus. Même en cas de blessure, le champion aura son salaire garanti par son propriétaire.

Le salaire versé chaque mois, donc son coût annuel, égal à douze fois le salaire mensuel, dépendent du niveau du champion, exprimé par son nombre de points. Le salaire d'un débutant sera de 1.006 deniers par mois, donc de 12.072 deniers l'année.

Le propriétaire n'est donc pas libre de fixer lui-même sa masse salariale, qui dépend du marché de l'offre et de la demande de champions. Pour les débutants comme les autres, le salaire sera en fait lié à la cote du champion, qui sera égale à 2,0839 son salaire annuel. Une cote de 100.000 deniers impliquera donc un salaire de près de 48.000 deniers annuels.

On voit ici l'intérêt, pour le propriétaire, de bien choisir son option budgétaire au début de l'année (forfait de 180.000 euros ou proportionnel à la cote de ses champions).

La cote du champion dépend quant à elle de son expérience et du nombre de victoires ou de places de finaliste remportées, donc de ses points de cursus (points d'expérience et points de succès).


2/ Les dépenses d'amélioration et de maintenance

Ces dépenses vont permettre aux champions d'améliorer leurs performances. Elles sont de deux types : l'adjonction d'un entraîneur qui maintiendra le champion dans une forme optimale et l'aidera à progresser techniquement et tactiquement ; l'adjonction d'une équipe de trois techniciens de maintenance qui s'occupera des outils techniques et de l'intendance du champion (maintenance du char, outils ou lieux d'entraînement pour l'athlète ou le gladiateur, environnement de l'animal).

Acheter un entraîneur ou/et une équipe technique de maintenance permettra d'augmenter le nombre de points de valeur du champion, donc ses chances de succès, et de diminuer ses chances d'échec, de blessure et ses risques de mourir dans l'arène, pour les comabattants (donc sauf athlète).

Les services d'un entraîneur ou/et d'une équipe technique ne sont pas soumis, comme les champions, à fluctuation d'une cote : ils sont fixes.

Chacune de ces "améliorations" coûte un prix fixe, qui est fonction de son niveau, ce niveau allant de 1 pour le plus sommaire à 3 pour le plus coûteux. Cette gradation témoigne de la différence de qualité dans le service rendu. L'entraîneur de niveau 3 sera un professionnel expérimenté et recherché.

Un seul entraîneur et une seule équipe de maintenance sont admises par section (S. ou A. ou C.) de ludus. Les techniciens de maintenance sont fixés à trois : il n'est pas possible de modifier ce chiffre.

Le propriétaire peut toutefois choisir s'il s'adjoint l'un ou/et l'autre pour toute l'année ou seulement juste pour préparer les jeux les plus importants (Ceriales, Apollinares, Romani, Plebei). Cette dernière option sera dénommée "8 mois" ou "spécial Jeux", par opposition à l'option annuelle ou "option 12 mois".

L'option "8 mois" est plus onéreuse car il est alors plus difficile de trouver des entraîneurs et techniciens, notamment de qualité, quand ceux-ci ont déjà été recrutés en grande partie dans le cadre de contrats annuels. L'avantage de cette formule est cependant de pouvoir, contrairement au contrat annuel, résilier le contrat - notamment en cas de difficultés budgétaires et financières - mais seulement dans les seules périodes non couvertes par la préparation intensive alors programmée, c'est-à-dire seulement en mai, et de décembre à février.

Voici les coûts de ces diverses possibilités, et les PV (points de valeur) additionnels qu'elles rapportent en fonction des niveaux choisis librement, en fonction de la dépense que le propriétaire veut/peut engager :


Entraîneur :

Niveaux de
sal. et de PV
Sal. mens.
niv. 1
Sal. mens.
niv. 2
Sal. mens.
niv. 3
PV suppl.
niv. 1
PV suppl.
niv. 2
PV suppl.
niv. 3
Option 12 mois 2.100 3.150 4.200 2 3 5
Option 8 mois 3.150 9.450 16.800 1 2 3


Equipe technique de maintenance :

Niveaux de
sal. et de PV
Sal. mens.
niv. 1
Sal. mens.
niv. 2
Sal. mens.
niv. 3
PV suppl.
niv. 1
PV suppl.
niv. 2
PV suppl.
niv. 3
Option 12 mois 1.400 2.100 2.800 1 2 3
Option 8 mois non dispo. 6.300 11.200 non dispo. 1 2





Personal tools